Une simple idée il n’en faut pas plus pour que mon crayon se mette à écrire.

Mon soulier

.

.

.

.

 

 

J’étais en train de marcher

Lorsque un petit truc

Bloqué dans le fond de mon soulier

S‘est mis à bouger et me fit hurler

 

Tout de suite je pensai à un caillou

Je défis mes lacets, retirai mon pied de la chaussure

Et j’eus beau secouer mon godillot

Rien : pas un caillou, pas un gravier !!

Avec prudence j’y remis mon pied !!

 

A peine enfilé même pas lacé cela a recommencé…

Je soulevai la semelle, retapai ma galoche

Toujours rien !!

Me serais-je trompé de pied ?

Avec moi on ne sait jamais

Sur quel pied danser  !!

En glissant ma main au fond

Je trouvais quand même une petite boule de poussière

Minuscule, mais colorée.

 

Intrigué par la chose, je posais mon cul par terre

Et la mis au creux de ma main

Plus je l’observais plus j’avais des idées.

Plus j’avais d’idées et plus la petite boule brillait

Je me souvenais alors qu’un grand oncle m’avait déjà conté cette histoire

 

Qu’il l’avait appelée « l’idée du bout des pieds ».

Cette idée a donc voyagé

Au gré des semelles empruntées

Elle avait fait son chemin,

Parcouru des kilomètres par milliers

Comment cette idée s’était-elle trouvée au bout de mon pied ?

 

Je ne le sus jamais ; un jour, elle partit

Pour se mettre sans doute dans d’autres souliers.

Elle s’était fourrée au bout de mes pieds sans vraiment vouloir s’arrêter.

Il me reste plein d’idées mais je n’ai plus mal aux pieds.

Bernard Tourtet

Lavaldens le 10 janvier 2017