Le vélo fêtera en 2017 ses 200 ans ! Avec la vogue des transports doux, jamais il ne s’est aussi bien porté. L’occasion pour L’Alpe de s’interroger sur l’incroyable engouement qu’il suscite en montagne et la diversité de ses pratiques (courses cyclistes, cyclotours, VTT, etc.) Que serait le tour de France sans ses étapes en montagne ? 



C’est un inventeur allemand qui imagine la draisienne : Karl von Drais. Sa Laufmaschine (littéralement : machine à courir) ne dispose pas encore de pédale, mais elle connaîtra rapidement un vrai succès, en France notamment. En 1817, qui aurait pu imaginer le succès de ce nouveau mode de locomotion ? Saviez-vous par exemple qu’un ingénieur grenoblois avait prévu, dans les années 1930, de vendre en Indochine des millions d’exemplaires de son « cyclauto », un étonnant véhicule utilitaire ?
Dans les Alpes, c’est le fameux Tour de France qui popularisera la pratique du vélo, et ce, dès 1905, en inscrivant les cols les plus emblématiques (col Bayard, puis Iseran, Galibier, Lautaret, Restefond, .........de la Morte bien sûr...) au programme de cette course populaire. Grâce à lui, c’est une nouvelle géographie de la montagne qui va entrer dans l’imaginaire du grand public au travers des mythiques reportages d’Antoine Blondin dans le quotidien L’Équipe, des dessins de Pellos ou encore, aujourd’hui, des spectaculaires vues aériennes diffusées par les chaînes de télévision.
Parallèlement à la compétition sportive, de nombreuses autres pratiques vont se déployer dans les Alpes. Né à la fin du XIXe siècle, le cyclotourisme connaît aujourd’hui un très grand succès, à tel point que nombre d’équipements touristiques lui sont spécifiquement dédiés dans des petites villes comme Bourg-d’Oisans. Des itinéraires sont même aujourd’hui spécialement conçus comme cette Via Rhôna qui longe le massif alpin de Genève jusqu’à la Camargue. Apparu dans les années 1980 à La Plagne, le vélo tout terrain s’est également démocratisé et séduit de plus en plus de pratiquants.
Nul doute que demain le développement du vélo électrique permettra d’attirer une nouvelle clientèle, moins sportive et plus attachée à la découverte du territoire, vers les grands cols des Alpes et pourquoi pas bientôt à l'Alpe du Grand Serre. 

Un foisonnement que la revue L’Alpe accompagne, comme de coutume, en s’appuyant sur les travaux des meilleurs chercheurs en sciences humaines.
Et toujours, dans les grands articles qui complètent le dossier principal ainsi que dans les pages « Actus », toute l’actualité culturelle des Alpes européennes, de Nice à Vienne et de Genève à Ljubljana.

 A bicyclette!

 

JMM