Routes, ponts, forts, tunnels, barrages, plans neige : très tôt les paysages de la montagne ont été aménagés. Et peut-être même ici davantage encore qu’ailleurs en raison d’une topographie complexe qui impose aux hommes beaucoup d’imagination et… une certaine humilité.

Vous vous imaginiez ou rêviez des Alpes comme un océan de nature préservée ? Que nenni ! Sans même remonter aux premiers bergers qui, à la préhistoire, ont colonisé les alpages avec leurs troupeaux jusqu’à plus de 3 000 mètres d’altitude (dans les Écrins, par exemple), les Romains ont, dès les premiers siècles de notre ère, aménagé des voies de communication. En témoigne la fameuse table de Peutinger, cette étonnante représentation cartographique des passages alpins de l’Antiquité. Dans la foulée de ces traversées, il a fallu sécuriser les itinéraires en élevant murs et fortins. L’histoire aura retenu le duc de Lesdiguières (1543-1626), né dans les Hautes-Alpes, pour ses premières fortifications de grande ampleur, mais aussi, juste après, Vauban (1633-1707) dont les ouvrages sont aujourd’hui classés au patrimoine de l’Unesco.
C’est au travers d’une série de portraits que ce numéro de printemps se propose de redécouvrir l’aménagement des Alpes, depuis les premières routes jusqu’à la construction des grands barrages hydro-électriques et des premières stations de sports d’hiver. De grands noms ont émaillé cette longue histoire. Ceux précédemment cités, mais aussi des Charles-François de Ladoucette, préfet des Hautes-Alpes, Adrien Ruelle, ingénieur des chemins de fer, Philippe Lamour, papa de l’aménagement du territoire dans l’immédiat après-guerre, le géophysicien Éric Boissonnas, créateur de la station intégrée de Flaine en Haute-Savoie, ou encore, ailleurs en Europe, des hommes comme Cavour, Victor-Amédée III (en Italie) voire Napoléon.
 

JMM